Brève histoire de Saint-Angel...


Le Prieuré

Nul saint-angelois ne saurait imaginer sa commune sans cet imposant monument de granit perché sur le promontoire du « Fort ». Sa silhouette austère et massive fait partie du cadre et du quotidien des habitants anciens et nouveaux, et de la mémoire de ceux qui en sont partis en raison des obligations ou des hasards de la vie, qu’ils soient croyants ou incroyants, qu’ils s’intéressent ou pas au patrimoine…C’est un des plus prestigieux monuments limousins, d’ailleurs classé depuis 1840.

L'église montre des genres architecturaux d'époques distinctes, mêlant Art roman, gothique et gothique flamboyant. Elle fût jadis très différente de ce que nous en voyons aujourd'hui, car notamment dotée d'une enceinte fortifiée qui a disparue, elle même jalonnée de bâtiments divers dont il ne reste rien de nos jours, comme en témoigne l'esquisse du XIII ème siècle ci dessous.
Le bourg de Saint-Angel (alt. 650 rn) s’est jadis développé à quelque distance (500 m à l’ouest) de l’ancienne route reliant Tulle à Ussel, à proximité d’une butte de roche dure (gneiss à deux micas, alt. 66o m) située en bordure de plateau et au pied de laquelle confluent vers l’est la Triouzoune et un ruisseau (dit de Guéride). Ce lieu est situé entre les lieux dits Espinet et Le Bouchaud, à proximité du lieu dit Le Mas. Le village s'appelait St Fréjoux le Mineur. La butte naturelle sur laquelle se trouve notre église a naguère été «reprofilée» et fortifiée. Sur sa plateforme sominitale elle ne porte plus aujourd’hui que l’église du gros prieuré monastique qui s’y est installé dès avant l’an mil et qui a dû, durant des siècles, partager ce modeste espace d’à peine un hectare avec un château seigneurial (totalement détruit). Les anciens occupants du lieu, moines et seigneurs, avaient aménagé au pied de la butte, à l'emplacement dit du Moulin, deux étangs : un sur chacun des deux ruisseaux ils servaient de viviers à poissons et faisaient tourner des moulins. Les vestiges de ces installations sont encore lisibles dans le paysage. Quant à la bourgade née de ce pôle d’attraction monastique, elle s’étirait vers l’ouest, depuis la butte, le long du chemin reliant celle-ci à l’ancienne grand route. Elle avait sa propre église paroissiale, aujourd’hui disparue. À une date incertaine, entre 768 et 799 selon la tradition, le comte de Limoges Roger et sa femme Eufrasie fondent l’abbaye de Charroux, au diocèse de Poitiers (Vienne).

Parmi les biens donnés pour assurer l’avenir de la nouvelle fondation figurent, en Bas-Limousin, l’église de Collonges et « le château de Saint-Angel, avec le monastère et toutes les églises qui en dépendent ». Il existait certainement à Saint-Angel à la fin du haut Moyen Age une communauté monastique ; on ignore tout de sa fondation et de ses dépendances. Saint-Angel n’a donc jamais été une « abbaye », comme on l’écrit trop souvent encore, mais un prieuré, dépendant d’une abbaye, celle de Charroux. Il s’agit d’un prieuré régulier conventuel, ou claustral, dirigé par un prieur, nommé par l’abbé de Charroux, qui exerce son autorité sur les moines placés sous sa direction.

Une visite du prieuré est organisée en été, c'est l'occasion d'en apprendre plus encore sur son histoire tumultueuse.

Pour beaucoup il a sa part de mystères avec ses galeries et salles souterraines non avérées…des « anciens » toujours jeunes se rappellent des balades risquées au clocher ou des escalades sur le rocher du moulin. Pendant longtemps les abords ont été abandonnés à une végétation envahissante qui dénaturait le site.

La gestion du site

L’entretien de celui-ci demande en effet pas mal d’investissements humain et financier, les bâtiments davantage encore, d’autant qu’une part croissante revient à la commune .

Un premier et important nettoyage des terrasses avait été fait par la précédente municipalité ainsi que des réparations de murs nécessitant de gros travaux. Un chemin passant par les jardins et allant du four à pain communal à La Goutade avait été tracé, mais il convient de faire plus : rendre l’ensemble du site attrayant, pour en faire demain un lieu de promenade et de découverte.

Les touristes très nombreux l’été, mais aussi en hiver, se rendent sur le site. Il est important que l’endroit offre un visage accueillant et suscite un intérêt grandissant pour St-Angel, ses activités économiques, associatives et sa vie quotidienne.

La municipalité a donc pour ambition de continuer la mise en valeur du site du prieuré au fil des prochaines années dans la mesure de ses moyens humains et budgétaires. Un plan de travail a été établi à cet effet.

Ces dernières années, ont été réalisés :

- Le drainage de la partie sud de l’église et de la façade de l’abbaye; le but étant de recueillir l’eau qui vient des toitures et ainsi d’assainir les bâtiments, notamment le potager (cuisine de l’abbaye) qui baignait dans l’eau à chaque averse importante (les gouttières sont interdites par les Beaux-Arts).


- La création d’un accès pour de gros véhicules derrière la mairie pour pouvoir entretenir les terrasses ; travaux qui ont nécessité un terrassement important et la réalisation d’un mur de soutènement.

- La remise en état d’une partie du mur surplombant les jardins depuis le tertre.

- Le nettoyage manuel des anciens jardins après le passage des engins communaux.

- Une meilleure sécurisation de l’installation électrique dans l’église.

- La réalisation du réseau d’éclairage et la construction d’un plancher permettant la visite de la charpente de l’église.

- L’aménagement de la montée à l’église en aval de l’accès aux marches (pose d’une main courante et revêtement).

- Les pierres rendant difficile la marche autour de l’église ont été enlevées et le sol aplani.

- La surélévation et la réfection de l’appentis.

- Réfection de la croix surplombant le cimetière, et aussi les bords du toit et la façade de vitraux située au-dessous (montant :85.618 € subventionnés à 75% par l’Etat, les Conseils Généraux et Régionaux).

- L’entretien de la toiture de l’église, ainsi que la pose de gouttières sur le contrefort correspondant à la petite porte d’accès à l’église, ceci pour éviter les dommages catastrophiques sur la nef humide 12 mois sur 12…

- Un éclairage a été installé afin de mettre en valeur une peinture très ancienne au plafond à l’entrée de l’église.

L’animation et la mise en valeur du site de l’abbaye ce sont aussi :

- Le passage sur les terrasses du parcours pédestre partant place de la Mairie. Il a été tracé par cette dernière association pour le guide Chaminat.

- La présence de l’association des Chevaliers de Ventadour. Guidés par l’amour des vieilles pierres, ses membres ont déjà rénové avec des compétences de menuisier, ébéniste, forgeron des meubles, les portes d’entrée de l’abbaye, de la tour, la réfection de la salle du potager, la sécurisation des placards de la salle capitulaire à la satisfaction du clergé, etc… Cette association a été accueillie en début d’année 2008 par la municipalité ; la salle du potager et l’ancien hangar des pompiers leur ont été prêtés. Une présence très régulière sur le site est ainsi assurée. La fumée sort de temps à autre de la cheminée, symbole de renouveau pour le vieux monument…

- L’implantation d’une plaque présentant le site et son histoire. La plaque a été pensée par le Carrefour des Arts et réalisée par Gilles Stiers, graveur à Combressol.

- Des concerts donnés dans l'église.

- Des visites guidées du Prieuré tous les mercredis après-midi en Juillet et Août depuis 3 ans organisées par la municipalité en partenariat avec l’Office de Tourisme d’Ussel. Une guide très compétente et enthousiaste, Diane AIDANS, nous passionne par sa connaissance du sujet (la médaille de Saint-Angel lui a été remise). Ces visites ont rassemblé de nombreuses personnes (jusqu’à 80 !) Depuis août 2008 la charpente a pu être admirée grâce à l’aménagement de l’accès par JP TRUANT et JF MASSIAS. La presse et FR3 limousin en ont largement fait écho.

- Une fête médiévale organisée en Août par les Chevaliers de Ventadour depuis 3 ans. Véritable réussite dans un spectacle total qui fait appel à tous les sens, mêlant des scènes de la vie courante en costumes d'époque, récits de troubadours, combats, danses, musiques, salve de canons, cuisines et fûmets d'un autre temps, le tout dans un campement du moyen âge reconstitué.

- Des expositions et ventes d’objets artisanaux à la salle capitulaire.

- Le traditionnel concours de quilles de la Saint-Gaudens sur le tertre avec une vingtaine d’équipes.

- La journée du Patrimoine, avec visite commentée du prieuré par la guide de l’été

La Municipalité se félicite de toutes ces initiatives sur le site du Prieuré et remercie tous les bénévoles des associations qui contribuent à mettre en valeur ce patrimoine exceptionnel.

Elle remercie aussi chaleureusement la personne qui assure bénévolement et quotidiennement l’ouverture de l’église pour permettre sa fréquentation ou sa visite.







19ème siècle

Plan cadastral napoléonien de Saint Angel en 1815



Peu d'ouvrages traitent de l'histoire de Saint-Angel à cette époque. Il est intéressant de noter que l'exode rurale a durement frappé la commune dont la population se remet à augmenter dans les années 90. La première guerre mondiale, en 1914, pendant laquelle le nombre d'habitants réduit d'un quart, a également laissé de terribles traces. Voir ci-contre la démographie entre 1881 et 2009
1881 1 520
1886 1 366
1891 1 406
1896 1 438
1901 1 371
1906 1 320
1911 1 292
1921 935
1926 906
1931 932
1936 942
1946 832
1954 742
1962 663
1968 638
1975 512
1982 562
1990 566
1999 590
2005 676
2009 688
2010 702


Le grand incendie de 1886


L'épisode qui a marqué la fin du 19ème siècle fut le grand incendie de 1886. Les toits de chaume étant généralisés à cette époque, la quasi totalité du village fût ravagé et il ne resta que les murs. 80 corps de bâtiments disparurent en 2 heures, et on déplora la mort d'une jeune fille. Le déroulement de la catastrophe fût consigné par le Maire dans le courrier suivant




Voici quelques photos prises les jours suivants









La seule maison du bourg rescapée des flammes fût celle du Maire, Mr Adrien Calary, ici sur la gauche vue de l'escalier de l'église, car son toit était le seul à l'époque couvert en ardoise.





20 ème siècle


Voici pour finir, quelques photos et cartes postales anciennes de Saint-Angel, prises entre 1890 et 1980. Vous pouvez les regarder en plein écran en cliquant sur le carré jaune en bas à gauche, puis appuyez sur "ESC" pour revenir à cette page.